3 conseils pour (bien) préparer votre ascension du Ventoux à vélo

Grimper le Mont Ventoux à vélo est une formalité pour certains, le rêve d’une vie pour d’autres. Ces 3 conseils vous permettront d’envisager l’ascension de cette montagne mythique de manière plus sereine.

Réaliser une préparation physique adaptée à ce type d’effort.

Le Ventoux se mérite. Sa distance, son dénivelé et les conditions météorologiques qui peuvent y régner le rendent difficile. Afin de prendre le maximum de plaisir durant votre ascension et profiter pleinement des paysages lunaires, il vous faut absolument être prêt physiquement. De nombreuses personnes surestiment leur forme (ou sous-estime la montagne ?) et ne se rendent pas compte qu’il peut être bien difficile de dompter le Géant de Provence et ses 21 km et 1600 m de dénivelé positif.

L’ascension peut être réalisée au départ de trois villes : Bédoin, Malaucène et Sault. Chacune de ces trois routes présentant des profils différents, il est conseillé de prendre connaissance des profils altimétriques avant de décider du côté par lequel s’engager. La montée depuis Sault étant réputée la plus aisée du fait des pourcentages moins élevés, elle sera plus adaptée aux personnes moins entraînées. Dans tous les cas, le dénivelé important à encaisser et la distance à parcourir nécessiteront un entraînement solide et montagneux. 

Connaître et anticiper les conditions météorologiques.

Le Tour de France 2016 n’avait pu atteindre le sommet du Mont Ventoux à cause des trop fortes rafales de vent présentes là-haut et rendant impossible la fin de son ascension. La sécurité des coureurs était alors en jeu et l’organisation n’avait pas hésité longtemps avant de prendre la décision d’annuler l’arrivée au sommet. Le mistral violent, le froid, la pluie, la neige, la canicule… il faut s’attendre à tout au Ventoux !

Il n’est pas rare de partir avec un temps tout à fait clément au départ et d’atteindre le sommet dans un brouillard épais et glacial (voire pire). Culminant à 1911 m d’altitude, le gradient thermique entre le bas et le haut peut être extrêmement marqué et rendre son ascension délicate. Afin d’éviter de se faire surprendre par la météo, il peut s’avérer judicieux de consulter le site internet de la station météorologique du Mont Ventoux qui est actualisé en temps réel. Ces informations seront un excellent indicateur concernant le vent et les températures réelles et ressenties présentes. Elles permettent d’envisager plus sereinement l’ascension et d’adapter son équipement.

Optimiser sa nutrition et son hydratation pour éviter le « coup de pompe ».

Les fringales et les coups de pompe ne sont pas rares sur les routes du Mont Ventoux… Connaître ses capacités physique est une chose, savoir gérer son effort et donner le bon carburant à son corps en est une autre. Avoir une hydratation et une alimentation adaptée à l’effort est la base de toute performance sportive. Lorsque l’on réalise un sport d’endurance comme le cyclisme, il est recommandé de boire environ 500 ml d’eau (ou boisson énergétique) par heure durant l’effort. Même d’avantage s’il fait très chaud. La déshydratation peut arriver vite au vu de la longueur de l’ascension et celle-ci entraînera un vrai coup d’arrêt dans votre progression.

Boire régulièrement et en petites quantités est recommandé (environ deux gorgées toutes les 10 minutes). Le corps perdant énormément de minéraux dans la transpiration, il est important de compenser ces pertes par un apport en sodium. L’organisme stockera et utilisera beaucoup mieux une eau contenant du sodium et du sucre qu’une eau plate. Concernant la nutriton, les conseils précédant peuvent s’appliquer : manger régulièrement et en petites quantités afin de laisser l’organisme assimiler tranquillement les glucides ingérés (environ 40 g par heure) et de disposer d’une énergie constante. Comme pour le phénomène de déshydratation, une hypoglycémie vous obligerait à ralentir voire à stopper complètement l’effort alors soyez méticuleux et régulier dans vos prises alimentaires. 

Porter des chaussettes Avintur pour grimper avec style et aller plus vite ! (Bonus !) 

La légende raconte que les chaussettes Avintur, nées sur les pentes du Mont Ventoux, auraient des facilités à grimper le Géant de Provence. Les porter permettrait ainsi de réaliser l’ascension avec aisance, de vivre une belle aventure et de prendre le maximum de plaisir… Cela tombe bien, les chaussettes Avintur sont désormais disponibles sur la boutique en ligne ! (lien ci-dessous)

Rejoignez l'aventure et recevez nos dernières offres

(notre newsletter est gratuite et sans spam)

Merci, à très vite !